ABB prouve que l’industrie lourde a sa place en Suisse

Le géant zurichois a inauguré mardi dans son usine de Meyrin une locomotive au cœur «made in Switzerland»

Elle apparaît derrière un grand rideau dans une mise en scène digne des présentations de résultats d’Apple. La locomotive Lok 2000, inaugurée mardi au sein de l’usine meyrinoise d’ABB, sera mise en circulation mercredi. 

Elle a été applaudie par les directeurs généraux d’ABB et des CFF (leurs futurs utilisateurs), par Luc Barthassat, conseiller d’Etat genevois en charge de la Mobilité, ainsi que par un panel de représentants des milieux économiques. Du beau monde pour un site qui revient de loin. Dans les années 2000, l’usine d’ABB Sécheron sombrait dans la crise. La demande pour les transformateurs de puissance que ses ouvriers construisaient s’effondrait. L’entreprise mise alors sur un autre produit: les transformateurs de traction, des rouages indispensables aux trains électriques.

Renaissance à Meyrin

Pari gagnant: la demande ne cesse de croître depuis. Le marché ferroviaire global devrait encore s’étoffer de 3 à 4% en 2016, selon plusieurs études. Pari doublement gagnant même, car le conglomérat zurichois a choisi du coup de ne pas délocaliser et cela malgré les coûts élevés de la main-d’œuvre en Suisse. Alstom, également géant industriel, a fait un autre pari. Il a annoncé cette semaine son intention de supprimer 1300 postes dans le pays.

Lire la suite...

Source: TDG.ch

 

 

Article en relation

17.11.2015

Quelques Membres