Actes'Industries: les industriels genevois agitent le sac aux idées

Comme les autres secteurs de l’économie, l’industrie est confrontée à la révolution digitale. Réunis mardi soir dans le cadre d’Actes’Industries, une centaine de décideurs ont agité leur sac aux idées pour se préparer à cette mutation.

Numériser la chaîne de production tout en garantissant la qualité: tel est le principal défi repéré par les industriels genevois. Autre tendance de fond qui pourrait aussi changer de manière importante les entreprises, l’apparition de «l’industrie mobile», les ingénieurs et techniciens étant appelés à se déplacer chez le client – ce qui est déjà le cas – mais pour y réaliser des productions de plus en plus conséquentes. Le développement des techniques d’impression en 3D permettront aux entreprises de proposer à leurs clients des produits de plus en plus élaborés. Enfin, les robots sont de moins en moins cher et de plus en plus intelligents. Le développement de ces technologies auront naturellement des conséquences sur le front de l’emploi mais cet aspect de la «révolution 4.0» n’a, curieusement, pas été évoqué lors des synthèses résumant la journée, sans doute par manque de temps de parole.

Mais un second atelier était consacré à la responsabilité sociale de l’entreprise. Les participants à ces échanges ont notamment relevé un besoin de formation, la gouvernance d’entreprise se transformant année après année en jungle de plus en plus épaisse, nourrie par des chartes, des pactes, des règles de bonne conduite de plus en plus précises. Les chefs d’entreprise qui ont expérimenté cette responsabilité sociale se sont déclarés déçus par leur aspect concret (peu de contrats conclus malgré des efforts que l’on devine importants) et la cherté liée à sa mise en pratique. La communication de ces bonnes pratiques a aussi été jugée chère.

Lire la suite...


Source: TDG.ch

Quelques Membres