Baromètre de l'industrie genevoise - Trimestriel de juillet 2018

Si de nombreux économistes se réjouissent de la reprise, l’ombre du protectionnisme continue de planer sur l’économie mondiale, avec les menaces de l’administration Trump d’imposer les biens en provenance d’Europe et de Chine et un « hard Brexit », synonyme de confusion et d’incertitude qui pourraient notablement ralentir l’activité économique. Même si la Grèce semble bénéficier d’un répit et d’une reprise de croissance, son économie reste fragile et de nombreux experts pointent aussi du doigt l’Italie, dont le gouvernement a exprimé son mécontentement vis-à-vis de la politique monétaire de la BCE et qui propose des politiques menaçant ses finances publiques déjà mal en point.

Au niveau du canton de Genève, les perspectives sont plutôt bonnes, même si l’industrie, la restauration et l’hôtellerie n’ont pas encore vraiment bénéficié de la reprise, contrairement au reste de la Suisse. L’appréciation de la situation reste la moins bonne pour l’industrie genevoise juste après la restauration. Il en est de même pour les carnets de commandes de l’étranger dont l’appréciation pour la Suisse est plutôt équilibrée, mais encore négative pour l’industrie genevoise (avec tout de même une amélioration par rapport à 2017). Ce tableau plutôt sombre s’éclaircit toutefois quand les industriels genevois posent un diagnostic sur les perspectives d’exportations et des affaires à six mois, avec un net solde de réponses positives (IREG).

Quelques Membres