Carouge se connecte à l’ère technologique

La Cité sarde est la première ville suisse à intégrer le programme de recherche européen Smart City. L’objectif est simple et d’actualité: participer aux développements technologiques du XXIe siècle. Au 1er janvier 2017, Carouge rejoindra d’autres villes européennes, telles que Manchester ou Santander, dans le programme européen de recherche Smart City.

«Nous participerons au projet Synchronicity, précise Nicolas Walder, maire de Carouge. Il s’agit d’un réseau de partage de données et de transfert de technologie dans des applications concrètes sur le territoire urbain.» Une manière de faciliter l’introduction de nouvelles technologies dans la gestion du domaine public.

Première ville suisse à s’engager dans ce processus, Carouge a gagné son ticket d’entrée grâce à deux actions menées sur son territoire. «Nous avons accompagné une société genevoise dans un principe de test de capteurs de stationnement, détaille le maire. Une manière de recenser les places disponibles et d’optimiser leur utilisation sur notre commune.» Un second projet, cantonal celui-ci, visait à capter le bruit de la circulation à la rue Vautier. «Il s’agissait à la fois d’analyser les décibels produits et, avec la technologie 3D, le ressenti du bruit pour les riverains.» Des données qui, une fois analysées, pourront être utilisées par tous les partenaires du projet.

C’est l’Office de promotion des industries et des technologies et la fondation Mandat international qui ont approché la Mairie de Carouge. «Ils nous ont encouragés à poser une candidature, explique Nicolas Walder. Il y a un véritable intérêt à rassembler des informations. Promouvoir la création d’applications afin d’améliorer les prestations offrira un avantage indéniable à notre tissu économique, notamment aux PME. Bénéficier de ce réseau sera aussi une formidable opportunité pour les start-up basées à Carouge.»

Source: Tribune de Genève

Quelques Membres