Communiqué – Démonstrateur TOSA : Premiers Enseignements et perspectives de développement

Genève, le 11 mars 2014 - Après 10 mois de fonctionnement du démonstrateur qui circule entre Genève Aéroport et Palexpo, les partenaires ont pu tirer les premiers enseignements et évoquer les perspectives de développement commercial. Le conseiller d’Etat Luc Barthassat, chargé du Département de l’environnement, des transports et de l’agriculture (DETA), a annoncé qu’une ligne commerciale complète des TPG pourra intégrer prochainement la technologie TOSA à l’échelle 1 :1, la ligne 23 entre l’Aéroport et la ZIPLO. Entretemps, le conseiller d’Etat Pierre Maudet, chargé du Département de la sécurité et de l’économie (DSE), a indiqué qu’une étude de faisablilité est en cours avec l’Aéroport pour soumettre le démonstrateur à une expérience différente en assurant une partie du transport des passagers sur le tarmac.

Aujourd’hui, le conseiller d’Etat Luc Barthassat a fait part de son enthousiasme et annoncé qu’il entendait permettre au projet TOSA de se déployer sur le territoire du Canton sous la forme d’une ligne commerciale des TPG : la ligne 23 entre l’Aéroport et la ZIPLO. « Nous sommes au début de la Grande Histoire » a déclaré le magistrat, en indiquant que des contacts seraient pris très prochainement avec les communes et partenaires concernés pour élaborer, en concertation, un plan d’actions en vue de cette réalisation.

Depuis le 26 mai 2013 le bus TOSA a parcouru plus de 8'000 km, 3 à 4 jours par semaine sur son parcours test, de manière fiable et sans connaitre de problème majeur, a indiqué Thierry Wagenknecht, directeur technique des TPG et président du comité bus de l’Union internationale des transports publics (UITP). Il y a eu plus de 4’200 connexions aux stations de recharge. Il a en outre été mesuré que sa consommation électrique est comparable à celle d’un bus trolley.

TOSA est une alternative au diesel. Il permet d’économiser 1'000 tonnes de CO2 sur une ligne urbaine effectuant environ 600'000 km par an, sans émissions polluantes (NOx, particules, etc.). Ses coûts de consommation électrique sont 30 % moins cher que le coût de la consommation diesel. Le rendement de la chaîne de traction est de 80 % contre 30 % pour un diesel.

Ce système représente également une alternative fiable au trolleybus, avec une flexibilité d’exploitation accrue et une mise en oeuvre plus rapide. Il permet d'atteindre une vitesse commerciale plus élevée (le trolleybus classique a la plus basse vitesse commerciale en raison des croisements avec les tramways et les risques de dépercharges). L'entretien du réseau est simplifié et meilleur marché.

Le confort sonore pour les riverains et les clients est accru : lors d’un démarrage depuis l’arrêt ou lors d’un passage d'une vitesse de 20 à 30 km/h, le bruit mesuré est de 70 dbA pour un bus articulé diesel et de 60 dbA pour TOSA. Pour l’oreille, cela représente une diminution de moitié du bruit !

En termes de retombées commerciales, le démonstrateur a suscité de l’intérêt dans le monde entier. Il a accueilli sur son site plus de 20 délégations internationales. Il a été présenté à 11 reprises lors de conférences et a même été exposé en « grandeur nature » au salon mondial du bus de Courtrai en Belgique. En outre, le projet a obtenu le prix OMPI 2012 ainsi que le prix d’innovation 2013 de la British-Swiss Chamber of Commerce. « Au-delà des prix, a déclaré Jean-Luc Favre, CEO d’ABB Sécheron S.A., les bonnes nouvelles annoncées aujourd’hui confirment l’intérêt pour les technologies développées par ABB de la part d’acteurs de référence dans les domaines de la mobilité urbaine et aéroportuaire ».

TOSA a fait l'objet de plus de 500 reportages dans les médias locaux, nationaux, internationaux et spécialisés. La promotion du projet à l’international par la conseillère fédérale Doris Leuthard a également contribué à cette dynamique. Aujourd’hui, ce sont 13 projets commerciaux qui sont en cours de négociation, dont 3 en Suisse ainsi que 15 projets en phase de pré-étude. Dans un marché mondial du bus qui atteindra les 800'000 unités à l’horizon 2020 (dont 100'000 bus électriques), on estime à 10'000 le nombre d’unités potentielles pour des bus fonctionnant avec des technologies de type TOSA.

Quelques Membres