Engagement dans les pays BRICS: profiter des chances avec intelligence

La Journée de l'industrie Swissmem 2012 intitulée « Nouveaux marchés – nouvelles chances » fut consacrée aux chances et risques d’un engagement des entreprises industrielles suisses dans les nouveaux marchés de croissance, en particulier dans les pays BRICS.

Les intervenants invités, parmi eux le Conseiller fédéral Didier Burkhalter et Hans Hess, président de Swissmem, ont motivé les représentants d’entreprises présents de profiter avec intelligence des occasions qui s’offrent également au-delà des frontières de l’Europe.

Ils ont également souligné la grande importance de l’esprit ouvert de la Suisse. Plus de 1'000 personnes représentant l'économie, l’administration, la politique et la science, ont participé à la Journée de l’industrie ainsi que plus de 200 apprentis et étudiants.
L’industrie des machines, des équipements électriques et des métaux (industrie MEM) est un pilier important de l’économie suisse. Elle génère chaque année plus de 9% du PIB suisse, contribue à 35% à l’exportation des biens suisses et occupe plus de 330’000 personnes en Suisse.

L’industrie MEM exporte près de 80% de ses produits, dont plus de 60% sont destinés à la zone euro. La majeure partie des indicateurs laisse présumer que la croissance dans les principaux marchés européens va probablement rester modérée dans les années à venir. Nous n’attendons une croissance substantielle que dans les pays BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) et autres pays émergents. Les exportations de l’industrie MEM dans ces pays ont fortement augmenté au cours des dix dernières années, soit de 75% vers le Brésil, de 88% vers l’Afrique du Sud, de 141% vers l’Inde, de 172% vers la Russie et même d’incroyables 284% vers la Chine. La part des exportations de l’industrie MEM vers les pays BRICS a passé de 4,5% à 11,5% et a donc plus que doublé en une décennie.

Les chiffres d’exportation ne reflètent qu’une partie de la vérité. Les entreprises MEM suisses les plus importantes ne se contentent aujourd’hui plus de l’exportation. Désormais, la branche occupe presque 500'000 personnes à l’étranger – donc nettement plus qu’en Suisse. Et pourtant, cette expansion n’a pas conduit à des suppressions d'emplois en Suisse, mais a renforcé la présence internationale et la compétitivité de ces entreprises.

Pour Hans Hess, le président de Swissmem, un engagement renforcé de l’industrie MEM dans les nouveaux marchés est impératif. « A mon avis, les PME suisses encore fortement focalisées sur le marché suisse vont devoir s’internationaliser dans les prochaines années. Je pense à l’acquisition à l’étranger, à l’échange international de collaborateurs et aux investissements à l’étranger. » Selon Hans Hess, les chances dominent nettement, sans pourtant oublier qu’un tel engagement comprend aussi certains risques « à ne pas sous-estimer », particulièrement pour des PME.

 Le Conseiller fédéral Didier Burkhalter a souligné le rôle particulier de la Suisse. La stratégie du Conseil fédéral en matière de politique de l’extérieure vise à encourager nos intérêts et à défendre nos valeurs. A cet égard, la responsabilité et la solidarité sont d’une importance centrale. Pour le chef du DFAE l’ouverture du Myanmar est un exemple parfait : cette ouverture offre à la Suisse et à ses entreprises des nouvelles chances. Ceci implique cependant aussi de savoir assumer de la responsabilité, de soutenir des valeurs telles que les droits de l’Homme et la démocratie.

En tant que représentant d’un pays BRICS, le ministre du commerce et de l'industrie d'Afrique du Sud, Rob Davies, mit en lumière le potentiel de croissance en Afrique. Six des dix pays à la plus forte croissance se trouvent sur le continent africain. Cette situation est due avant tout à la forte demande de matières premières ainsi qu’à la croissance de la consommation.

Les autres intervenants invités étaient Monsieur Kurt Haerri, président de la Chambre de commerce Suisse-Chine ; l’ambassadeur Stefan Flückiger, chef de la délégation suisse auprès de l'OCDE à Paris ; Monsieur Alexander Ha-gemann, CEO du groupe Schaffner ainsi que Monsieur Francesco Gherzi, président de la Chambre de commerce Suisse-Inde. Leurs exposés ont clairement mis en évidence qu’un engagement dans un pays BRICS n'a rien à voir avec une balade. Souvent, la voie du succès s’avère plus compliquée, plus laborieuse et plus coûteuse qu’attendue.

Les discussions menées lors de la Journée de l’industrie Swissmem ont démontré que les entreprises MEM suisses disposent de bonnes chances pour s'imposer dans ces marchés de croissance, à condition cependant qu’elles les exploitent avec intelligence et le respect nécessaire. Finalement, la journée a démontré que la concurrence globale va encore se durcir. Seules les entreprises saines et compétitives vont pouvoir survivre. Pour cela, l'industrie a besoin du soutien de la politique et des partenaires sociaux. Dans l’intérêt de la compétitivité internationale de l’industrie, qui à l’avenir devra encore générer de la valeur ajoutée, créer des emplois et exporter ses produits avec succès, il n’est pas question de détériorer les conditions-cadres actuelles par de nouvelles réglementations ou charges financières.

Source: Webnews Industry

Quelques Membres