Guide pratique sur le télétravail

guide-teletravail_nl5.jpg
De plus en plus considéré, le télétravail partiel était déjà en croissance dans les entreprises. Dépassée, la vision de l’avantage octroyé au salarié (garde d’enfants, logement éloigné du lieu de travail, etc.) : bien planifiée, la gestion des collaborateurs à distance peut être un avantage pour chacune des parties (mobilité réduite, libération d’espaces de bureaux, etc.) et peut accroître la productivité des salariés.  Depuis la crise, nombre de travailleurs sont encouragés à télétravailler pour endiguer la propagation du virus. Pour les postes qui le permettent, ce nouveau mode de travail pourrait rester ancré et perdurer sur le long-terme. Passons en revue quelques fausses idées et quelques bonnes pratiques du management à distance.
 
Les télétravailleurs sont moins efficaces

Faux : Selon une étude de l’Université de Stanford, les employés libérés de certains stress et distractions se révèlent plus efficaces (gain de productivité d’environ 13%) et moins sujet à l’absentéisme.

La communication est nécessairement moins fluide

À nuancer : Si la distance nuit à la fluidité de l’information, nombres d’outils digitaux sont à disposition pour maintenir le lien entre le salarié et l’entreprise, via des réunions virtuelles et la possibilité de travailler en équipe distante avec des applications collaboratives.

La sécurisation des données est compromise

À nuancer : Le service informatique doit assurer une protection efficace via l’installation d’un VPN d’entreprise et s’assurer que les collaborateurs travaillent avec des outils de sécurité à jour (pare-feu, anti-virus).

Management et télétravail : quelques règles
  • S’assurer que les collaborateurs ont l’équipement nécéssaire (internet, ordinateur, téléphonie), un accès et une maitrise des outils de visioconférence utilisé par l’entreprise. 
  • Mettre en place un cadre commun à tous les employés avec une charte simple, en précisant les missions de chacun. 
  • Définir les horaires de travail, l’obligation de répondre ou de faire un retour dans la 1/2 heure (par exemple lors d’un appel téléphonique), ou encore de participer aux réunions collectives. Toutefois, une certaine flexibilité offrant une autonomie et une gestion du temps propre au salarié permet un gain de productivité. 
  • Conserver une bonne cohésion d’équipe en planifiant au minimum une réunion commune virtuelle hebdomadaire. 
  • Faire confiance aux collaborateurs en évitant une surveillance accrue. Il est souvent observé que cette liberté supplémentaire responsabilise l’employé et augmente son efficacité. 
  • Définir des objectifs clairs et garder son niveau d’exigence (délais, communication des informations, etc.). Il a été montré qu’une gestion par résultats est souvent la plus pertinente en télétravail.
  • Rester disponible tout en veillant à ne pas être dépassé par une communication trop intense. 
  • Respecter le droit à la déconnexion et les congés des employés.

Quelques Membres