L'innovation ? Une question de survie

Les avantages de l'économie hevétique, sa position de pointe en matière d’innovation et la sécurité de son système fiscal ont été les principaux sujets évoqués lors de la journée de l'économie 2012. Il a également été question de la nécessité de renforcer la place industrielle suisse.

Les participants à la Journée de l’économie 2012, organisée par economiesuisse, ont insisté sur la nécessité de renforcer l’attrait de la place économique helvétique. Ses atouts sont, entre autres, sa position de pointe en matière d’innovation et la sécurité de son système fiscal. «Une collaboration étroite entre l’économie et les milieux scientifiques est indispensable pour sauvegarder notre position de pointe en matière d’innovation», a précisé Gerold Bührer, président sortant d’economiesuisse.

Une position que défend avec conviction l’orateur invité, Lino Guzzella, recteur de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ). Selon lui, l’innovation est une question de survie. La Suisse continuera à être compétitive et connaîtra un succès à long terme, à condition de fournir d’excellentes prestations.De son côté, Gerold Bührer a mis l’accent sur la crise en Europe. D’après lui, elle montre ce qui se passe quand des principes fondamentaux de politique économique et financière sont bafoués. Pour cette raison, il faut garantir l’attrait et la sécurité du système fiscal helvétique, en appliquant une politique de croissance basée sur l’économie de marché et sur une politique budgétaire solide.

Au-delà des discours, economiesuisse a indiqué avoir accueilli six nouveaux membres dans ses rangs. Parmi eux, le moteur de recherche Google Suisse et le spécialiste de forage offshore Transocean.

Google possède à Zurich, le plus grand centre de recherche hors des Etats-Unis. Transocean est coté à la Bourse suisse et a son siège social à Zoug. Les autres membres sont Swissrail Industry Association, l’Association suisse des radios privées, l’Interessengemeinschaft Energieintensive Branchen, et CLS Communication. «Ces adhésions renforcent l’organisation», a déclaré Pascal Gentinetta, président de la direction d’economiesuisse (ou Fédération des entreprises suisses). L’association faîtière compte désormais plus de 120 organisations de branches et régionales.

Dans l’ensemble, economiesuisse représente 100.000 entreprises de toutes tailles dans la Suisse entière. Ce qui équivaut à défendre les intérêts de 2 millions de salariés.

Economiesuisse aura par ailleurs un nouveau président dès le 1er octobre en la personne de Rudolf Wehrli. Ce dernier a été élu à l’unanimité jeudi à Berne par le comité de l’organisation. Celle-ci a fait le choix de la continuité en élisant ce candidat.

Depuis dix ans membre d’economiesuisse, le futur président, âgé de 63 ans, dispose d’une longue expérience de l’économie aux échelons opérationnels et stratégiques. Il compte poursuivre «l’excellent travail» effectué jusqu’à présent par Gerold Bührer. – (ats)


Source: L'AGEFI

 

Quelques Membres