Le bus du silence: une affaire qui roule

ABB Sécheron teste jusqu’en mars un prototype de transport public entièrement électrique. Son directeur, Jean-Luc Favre, détaille ses avantages sur les bus conventionnels.

Green Tech - L’idée de créer un bus entièrement électrique, qui pourrait se recharger aux arrêts en quelques secondes, naît dans l’esprit du directeur d’ABB Sécheron, Jean-Luc Favre, et de son équipe en 2010. Cette année-là, le Haut-Savoyard est à un moment charnière de sa carrière: l’entreprise pour laquelle il travaille depuis 1992 vient de recevoir la distinction de l’unité la plus performante d’ABB Suisse.

Ce succès lui incombe: il a restructuré et relancé l’usine de Meyrin-Satigny pour en faire le leader mondial des transformateurs de traction pour trains.

Son projet de bus électrique sera conçu en à peine vingt-deux mois, grâce à la collaboration et à l’enthousiasme des différents partenaires, dont les TPG, les SIG, l’OPI, l’Hepia et l’EPFL. Répondant au doux nom de TOSA et inauguré le 26 mai dernier par Doris Leuthard, ce bus est en phase d’essai jusqu’en mars 2014.

Rencontre avec une personnalité positive et admirative de l’innovation helvétique.
Après quelques mois de tests d’exploitation, êtes-vous satisfait du bus TOSA?

Le prototype qui circule actuellement en service commercial quatre jours par semaine entre Palexpo et Genève Aéroport fonctionne très bien, et nous en sommes très contents.

Nous cherchons à améliorer encore le système en misant sur moins de stations de recharge. L’objectif pour l’année prochaine est de signer un premier contrat pour une ligne complète, pourquoi pas à Genève sur la ligne 23, qui comprend 12 bus diesel pour 13 km de trajet.

Lire la suite...
 

Source: Bilan.ch

Quelques Membres