Pour l’industrie, l’accord Suisse-Chine est à géométrie très variable

Près de la moitié du volume des machines-outils et le quart des machines textiles ne bénéficieront pas d’exemptions douanières

On le sait, le diable se cache dans les détails. Encensé par Berne et par divers secteurs économiques, l’accord de libre-échange signé entre la Suisse et la Chine aurait de quoi laisser un goût amer à l’industrie des machines. Le message reste toutefois identique: il faut positiver car les avantages l’emportent largement sur les inconvénients, selon Swissmem.

Toutefois, de nombreuses familles de produits ne tireront aucun profit de ce texte. Plus concrètement, 44% du volume des machines-outils et 27% de celui des machines textiles fabriquées en Suisse ne bénéficieront d’aucune exonération tarifaire vers ce pays, a révélé Nicolas Stephan, responsable des questions douanières auprès de l’association Swissmem, dans le cadre d’un forum sur les accords de libre-échange qui s’est tenu vendredi à Lausanne. Le spécialiste a épluché le fameux document qui répertorie 2800 produits de son secteur (sur 8000 au total) concernés – ou pas – par le texte signé le 6 juillet dernier à Pékin.

L’expert tient toutefois à relativiser: «92% de nos produits, en valeur, ne paieront plus du tout de droits de douanes dans dix ans. Reste que, selon ses calculs, 12% des volumes de l’ensemble des produits de l’industrie des machines, des équipements électriques et des métaux (MEM) sont exclus de toute amélioration tarifaire, et les exportateurs suisses devront donc continuer de s’acquitter d’une taxe d’entrée de 9,1% en moyenne.

Lire la suite sur letemps.ch
 

Quelques Membres