Retour sur INFORUM

INFORUM s'est décliné sur le thème de l’innovation technologique pour sa 16ème édition. Plus précisément, c'est de l’intégration de cette innovation aux processus métiers qu'il s'agissait. Il est vrai que vu le contexte économique actuel, la question de l’innovation est fréquemment au cœur de l’actualité et est amenée à occuper une place toujours plus importante dans de nombreux domaines.

C’est donc sur cet axiome que plusieurs acteurs de pointe des métiers de l’horlogerie, du bâtiment et de l’industrie étaient venus échanger avec des représentants de sociétés et fournisseurs IT ayant développé des solutions innovantes pour les secteurs et entreprises concernées. On mentionnera notamment la présence du poids lourd de la construction Lozinger Marazzi, ou celle très attendue de Jean-Claude Biver pour les montres Hublot.

Sous la conduite d’Eric Bachmann, Président du cluster Alp ICT, la journée débutait avec une présentation du directeur d’ABB Sécheron Jean-Luc Favre, qui abordait les défis de l’innovation technologique au service du développement durable et de la région. Après avoir présenté l’entreprise et son histoire, M. Favre dévoilait quelques projets innovants d’ABB Sécheron dans ce contexte. La présentation du projet TOSA, issu d’une collaboration entre les TPG, l’OPI, les SIG et ABB Sécheron, aura particulièrement marqué les esprits. Ce système de bus électrique sans lignes de contact et misant sur une pondération entre énergie embarquée et recharge à l’arrêt semble en effet particulièrement prometteur. Il suscite d’ailleurs l’intérêt de la Suisse entière et même d’autres pays européens. Le directeur d’ABB Sécheron concluait en évoquant l’innovation en tant que clé du succès de l’entreprise, facteur de création d’emploi et de richesse, mais n’oubliait pas d’en souligner la dimension émotionnelle, mêlant rêve et risque.


 

Puis ce sont Laurent Duba, Directeur général de Consulting Energy, Marc Volkringer et Jean-Pierre Ramseyer, de Lozinger Marazzi, qui échangèrent sur l’automatisme au service du bâtiment intelligent. Les aspects sociétaux, écologiques et économiques de la question furent notamment abordés. Mais c’est bien la présentation sur la construction du Rolex Learning Center, véritable concentré d’innovation, qui capta le plus l’attention de l’assistance.

Ils cédèrent ensuite la place à l’industrie manufacturière et plus précisément à Pierre-Yves Bonvin, Directeur général de Steiger SA, et Jean-François Lauri, d’Agentil. Après une présentation retraçant l’histoire et les objectifs du groupe Steiger par M. Bonvin, M. Lauri présentait les solutions mises à disposition par son équipe.

Vint enfin le thème de la contrefaçon dans la haute horlogerie, avec tout d’abord une présentation par Wisekey de leur certificat d’authenticité numérique pour les objets de luxe, révocable et impossible à dupliquer. Suivit l’intervention de Jean-Claude Biver qui, après avoir disserté de l’importance de l’innovation et de l’excellence pour la Suisse à notre époque, porta la réflexion sur l’ampleur de la contrefaçon dans le monde horloger et sur les aspects éthiques de ce problème.

Pour conclure, une table ronde animée par Rodolphe Koller, rédacteur en chef d’ICTjournal, réunit tous les intervenants, avant que Pierre-François Unger, Président du Conseil d’Etat en charge du département des affaires régionales, de l’économie et de la santé, clôture la journée.
 

Retrouvez quelques photos de cet événement ici.

Quelques Membres