Solaire : Genève Aéroport mise sur SRB Energy

Début mars, notre affilié SRB Energy a livré à Genève Aéroport le premier des panneaux qui sont appelés à former  la plus grande centrale solaire de Suisse, et peut-être même d’Europe. Environ 300 panneaux solaires thermiques à haute température couvriront à terme une surface de 1200 mètres carrés sur le toit du terminal principal. Ces panneaux chaufferont les bâtiments en hiver et les rafraîchiront en été. Ils sont issus de technologies du vide développées au CERN pour les accélérateurs de particules et transférées aujourd’hui avec succès à d’autres domaines, tels que celui de l’énergie.

Grâce à cette technologie innovante, l’isolation de la chambre thermique du panneau solaire est exceptionnelle, les pertes de chaleur sont considérablement réduites et l’efficacité en est nettement améliorée. A titre d’exemple, des températures de 80°C ont été mesurées à l’intérieur du panneau quand il était couvert de neige. Celui-ci récupère par ailleurs de manière plus efficace la puissance énergétique délivrée par la lumière diffuse. Cette technologie est ainsi particulièrement adaptés aux pays peu ensoleillés et froids, où les panneaux solaires thermiques classiques présentent une efficacité réduite. Voilà pour l’aspect technologique. Mais de manière générale, comment ce spin-off du CERN basé à Genève en est arrivé là ?

Nous avons rencontré Cédric Petitjean, directeur de l’entreprise, sur le chantier de Genève Aéroport. Il nous donne quelques éléments de réponse.
Tout d’abord, il tient à mettre en avant le rôle prépondérant de Cristoforo Benvenuti, l’inventeur de cette technologie. Ayant été pendant longtemps à la tête de la société, celui-ci occupe aujourd’hui le rôle de Vice-Président et CTO de SRB Energy. « Toute une vie de travail », précise M. Petitjean. En effet, sans les années de recherches qu’il a menées au CERN sur les technologies du vide depuis les années 60 et le ‘background’ ainsi accumulé, il n’aurait pas été possible de se lancer dans cette aventure.

M. Petitjean n’oublie pas de mentionner le travail de son équipe, une bataille au quotidien pour développer la recherche, créer et construire ce panneau. Il estime d’ailleurs que par sa nature même, celui-ci est un bel exemple de qualité suisse. En effet, le vide est une technologie exigeante, tant au niveau de la connaissance des matériaux que du niveau de propreté exigé. Il précise que faire le vide est un processus relativement simple ; faire en sorte qu’il puisse être maintenu pendant 25 ans est une toute autre affaire.



Le directeur revient enfin sur le rôle du CERN : « la direction et l’équipe du transfert de technologies ont toujours cru en nous et nous ont soutenus du début à la fin », précise-t-il. C’est d’ailleurs grâce à la collaboration entre cet institut de recherche de niveau mondial et Francisco Segura, un entrepreneur espagnol visionnaire, que SRB Energy a pu voir le jour. A la tête d’une entreprise employant 600 personnes et fabriquant des pièces d’automobiles (rien à voir avec le solaire donc), M. Segura a cru aux énergies propres et à cette technologie en particulier. Il y a vu une voie indispensable pour l’avenir de son groupe et a voulu y investir.

Quelques étapes clé dans l’existence de l’entreprise sont ensuite mentionnées. La collaboration avec le producteur de bitume Colas en est une. Il s’agit en effet du premier champ solaire commercial réalisé par SRB Energy. Colas cherchait une technologie qui lui permettrait de pouvoir atteindre 180 degrés, température nécessaire au chauffage de son bitume. Trois ans plus tard, SRB était en mesure de la lui fournir. Cela se passe en 2010 et il s’agit d’un moment capital : c’est la première fois en effet que l’entreprise fait parler d’elle dans la presse.

M. Petitjean tient également à souligner le rôle central de sa rencontre avec l’OPI. A un moment où il était essentiel pour SRB Energy de se faire connaitre, l’organisme de promotion l’a beaucoup aidé à prendre conscience des opportunités que représentent les missions économiques à l’étranger, les salons, les événements et les clusters du secteur (CleantechAlps, Swiss Cleantech). De plus, il précise que « partir en voyage d’affaires avec l’OPI, cela signifie des opportunités de  rencontres qu’il ne serait pas possible d’obtenir seul. Cela ouvre beaucoup de portes ». Aujourd’hui, il considère l’OPI comme « une vitrine, un support de promotion et de communication essentiel  pour se faire connaitre.  Sans participation aux diverses missions économiques, sans conseils, nous n’en serions pas là aujourd’hui ».

Enfin,  la collaboration avec Genève Aéroport est certainement à marquer d’une pierre blanche. « C’est la plus belle carte de visite qu’on puisse espérer, une vitrine internationale pour notre société », note-t-il. « Dans l’histoire de SRB Energy, il y aura a n’en pas douter un avant et un après Genève Aéroport ».

En effet, si l’obtention du prestigieux chantier est une victoire importante pour l’entreprise genevoise, on ne peut que souhaiter à Cédric Petitjean et à son équipe qu’il ne s’agisse que d’une première étape vers un succès plus large et mérité.

Quelques Membres